histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc
histoire de saint-brieuc

La ville de saint-brieuc tient son nom de l'évêque saint Brieuc, son fondateur et prmeier évêque de la ville. Il s'instale à Saint-Brieuc vers 580 et fonde sur les vestiges de culte païens une église et un monastère, prés du Gouët (signifiant la rivière du sang), à l'endroit où se trouve encore la fontaine de Saint-brieuc. Saint-Brieuc fait partie des sept saints findateurs de Bretagne qui ont donné lieu au pélerinage du Tro Breizh.

Le roi de Bretagne, Nominoë, effectue un remaniement des évêchés bretons après le départ des Normands en 848. C'est à cette date qu'est fondé l'évêché de Saint-Brieuc. Les répliques de Saint-Brieuc, qui avaient été mises en sûreté à l'époque de l'invasion des Normands reviennent dans la ville en 1210. En 1355, le choeur de la cathédrale est détruit dans un incendie, puis reconstruit en deux ans sous les épiscopats de Guy de Montfort et de Hugues de Matrelais. Cathédrale-forteresse, elle servit souvent de dernier refuge aux habitants face aux agresseurs.

Suite aux guerres de religion, le décision est prise de détruire la place forte de la Tour de Cesson en 1592. les ruines de cette Tour dominent encore aujourd'hui la baie de Saint-Brieuc. L'administration municipale est mise en place en cette fin de siècle. En 1790, Saint-Brieuc devient le chef-lieu du département des Côtes du Nord sous la Révolution française. Les Côtes du Nord deviendront les Côtes d'Armor le 8 mars 1990. parmi les personnages politiques notables de l'époque, on peur noter Palasne de Champeau qui y fût élu à la députation. En 1793, la guerre civile entre les Chouans et les Bleus fait rage pendant la Terreur. dans la nuit du 5 brumare en VIII (26 octobre 1799), une troupe de Chouans libère des prisonniers royalistes condamnés à mort de la prison de la ville. le procureur Poulain-Corbion est tué au cours de cette nuit. Le port de Légué est aménagé en 1819 aves ses quais ainsi qu'un nouveau pont et de nouveaux entrepôts. La même année, une chambre de commerce est créée à Saint-Brieuc.

En 1992 est créé le district du pays de Saint-Brieuc. La future communauté d'agglomération (CABRI) compte à l'époque 10 communes et 90 000 habitants. En 1994, un IUT est ouvert dans la ville et e 1995, l'espace Steredenn est inauguré afin d'accueillir les manifestations culturelles et sportives de la ville.

Saint-Brieuc a longtemps été une ville où ont coexisté trois langues : le gallo, le breton et le français. L'effacement progressif du gallo et du breton au profit du seul français s'est produit durant les années 1950. Il semble que le breton ait été parlé dans le pays briochin jusque vers l'an 1200. Par la suite, un parler d'oïl, le gallo, s'est imposée dans les campagnes aux alentours de Saint-Brieuc, tandis que la cité devenait elle-même trilingue, sans doute par utilité économique. Lieu de marchés et ville épiscopale, Saint-Brieuc fut en effet pendant sept siècles un lieu de rencontre de populations originaires des campagnes gallophones et bretonnantes. Les évêques et les nobles du Penthièvre étaient probablement quant à eux déjà francophones à la fin du XIIIe siècle, tout comme les Ducs de Bretagne. En 1636, un certain Dubuisson-Aubenay indique dans son itinéraire de Bretagne que la moitié des habitants connaît la langue bretonne en plus du français. Certains disent que ce voyageur a confondu le breton avec le gallo. Cette hypothèse semble tout à fait crédible tant le patois dit gallo pouvait déjà sembler lointain au point d'être incompréhensible, pour ce voyageur de la haute société qui avait connaissance qu'on utilisait un parler fort différent du français en Bretagne occidentale.

Avez-vous apprécié cet article, cette page ? Faîtes le nous savoir :